Sénamé Koffi Agbodjinou, l’architecte et anthropologue qui pense à la ville africaine de demain

By décembre 18, 2019 Mes Rencontres

Six ! C’est le nombre d’années entre ma première rencontre avec Sénamé Koffi Agbodjinou et cette interview.  C’est en 2013, dans un numéro hors série “Afrique 3.0” du très reconnu magazine Courrier International que j’ai découvert l’architecte et anthropologue togolais. C’était l’une des premières fois qu’on donnait la possibilité aux Africains de raconter leurs histoires et partager la nouvelle dynamique du continent. J’avais 22 ans et ces récits répondaient à mon appel du continent. Ils ont aussi nourri mon imaginaire et m’ont aidé à planifier mon retour.

Revenons à mon invité du jour ! Après deux années de maths sup à l’université de Lomé, Sénamé Koffi Agbodjinou s’est rendu en France pour continuer ses études. C’est en poursuivant ses études à Paris qu’il s’intéresse au design, à l’histoire de l’art, ou encore à l’architecture. C’est à ce moment aussi qu’il découvre les laboratoires de fabrication numérique (les fablab)s. En 2012, il fonde Hub Cité.  Ce projet veut repenser le modèle de la ville africaine, pour et par ses habitants. Déployée à Lomé, cette initiative smart city s’appuie sur les technologies numériques pour aider les populations à se réapproprier l’environnement urbain. A terme, l’objectif est de faire émerger une vision africaine de la ville de demain, plus proche de la nature et de la collectivité. Depuis, il a monté deux Techlabs : Woèlab, des maisons de quartier nouvelle génération. L’objectif est de donner aux habitants l’occasion d’améliorer le fonctionnement de leur quartier au contact des nouvelles technologies.

La suite de l’article est sur Instants Africains.

Photo prise par Alun Be.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.