Joana Choumali est la gagnante du huitième prix Pictet

By novembre 14, 2019 ART

“Joana Choumali is the winner of the Eighth Prix Pictet”, voici la nouvelle qui a rythmé ma nuit dernière. Le bonheur était dans moi comme on dit chez nous. Voici plus de cinq années que je suis le travail de Joana Choumali. Elle est de loin l’une de mes photographes préférées. Lorsque j’étais au Monde (le journal), à mon petit niveau, je me souvenais que je voulais tout le temps voir ses photos par ci, par là.

En 2014, sa série “Hââbré” m’avait transporté comme jamais. Je crois que c’était la première fois qu’un(e) photographe me parlait, profondément. J’ai eu par ailleurs la chance d’acquérir deux photographies de cette série (on peut apercevoir une ici).  Joana Choumali a ouvert la porte à d’autres photographes dans ma collection dont une autre ivoirienne KEren dont j’ai acheté récemment une photo :  La fameuse photo.

Bref, hier, le mercredi 13 novembre, lors d’une cérémonie au Victoria and Albert Museum à Londres, le directeur du musée, Tristram Hunt, a remis à la photographe ivoirienne Joana Choumali le huitième prix Pictet pour sa série Ça va aller sur le thème de ce cycle de l’espoir. Les photographies de sa série  ont été prises trois semaines après les attentats terroristes à Grand Bassam le dimanche 13 mars 2016.

A la foire 1:54 à Marrakech en février 2019

Pour Joana, ce travail est un moyen de traiter la façon dont les Ivoiriens traitent les traumatismes et la santé mentale. Chaque point était un moyen de récupérer, de calmer les émotions, la solitude et les sentiments mitigés qu’elle ressentait. Ajouter de la broderie sur ces photographies de rue était un acte de canalisation d’espoir et de résistance.

J’avais eu l’occasion de découvrir ce travail à la dernière biennale de la photographie africaine à Bamako et j’avais été transportée. Voici ce qu’elle disait de la série en 2017 : « Ça va aller » est une expression typique de la Côte d’Ivoire, qui conclue toute conversation positive ou négative. C’est une façon pour nous de dire que tout ira mieux, et cela, quelle que soit la situation. C’est une expression qui a vraiment eu beaucoup plus d’importance après la guerre. Quand il y avait la crise sociopolitique, beaucoup de choses, des événements qu’on ne comprenait pas très bien, dont on ne connaissait pas les contours – ni le début, ni la fin – on utilisait souvent cette expression pour conclure. Ça va aller. Pour se donner du courage les uns aux autres.

En tout cas, je suis en joie, Merci Joana. 

Le site web de l’artiste : Joana Choumali

Ses deux Galeries d’art : Gallery 1957 Loft Art Gallery

Laisser une réponse