Notes #1

By mai 21, 2019 Mon Journal

Notes #1 : La fermeture de mon compte Facebook.

CafeVoodart-FacebookLes notes sont des petites pensées que j’ai souvent envie de partager avec vous. Je n’ai pas l’impression que ce sont des articles spécialement aboutis mais cela me tient à coeur de vous parler sans trop réfléchir.

Il y a quelques jours, je discutais avec une amie qui me demandait comment je vivais le fait d’avoir supprimé mon compte Facebook depuis environ 6 mois. Ma réponse était assez brève :

« Amie, je me sens beaucoup mieux et épanouie ».

Je dois avouer que j’avais de plus en plus de mal à supporter la dérive de ce réseau social depuis près de deux années. J’ai commencé par supprimer toutes les personnes qui partagaient les Fake news et qui créaient de fausses polémiques. Je n’ai jamais eu plus de 1500 «amis » sur ce réseau social, c’était la barre limite que je m’étais fixée.

L’élection présidentielle au Cameroun a été le déclic, celui qui m’a fait passer de la réflexion à l’action. Entre tribalisme et propagande, je me sentais étouffer. Je dois avouer aussi que Facebook me donnait l’impression de m’éloigner de mes proches. J’étais mal à l’aise face à la lecture de certains statuts des mes contacts que je trouvais souvent trop personnels.

Ton ami va mal, ne t’appelle pas, tu ne l’appelles pas… Tu te contentes de lire son statut et commenter celui-ci : « courage mon frère, ça va aller. Bisous ». J’ai eu l’impression que ce monde virtuel dégradait la notion d’amitié avec le temps. J’avais envie d’être présente dans la vraie vie de mes proches. Je tiens à préciser que je ne me sentais pas accro à Facebook, je devais passer environ 1h par jour. Je suis plus instagram.

Et puis Facebook m’épuisait par le nombre de messages que je recevais de personnes. N’ayant pas Messenger sur mon téléphone, je les voyais avec beaucoup de décalage. Mes réponses tardives étaient prises pour du snobisme : « N’est ce pas tu es maintenant une boss ? Même répondre aux gens te dépasse ? ». Je ne vous dis pas le nombre de fois que j’ai pu voir, lire ça.

J’ai quitté aussi Facebook car j’ai décidé de choisir mes combats. Dans la vie réelle, je choisis d’interagir avec des personnes, je ne les subis pas (cf statuts/posts). Dans la vie réelle aussi, j’assume de ne pas être une SUPERWOMAN. C’est à dire, je ne peux pas être en train de travailler, gérer ma vie, payer des salaires, être fatiguée et devoir me sentir obligée de répondre aux messages de X et Y sur Facebook ou à sauver le monde.

Bref, j’adore ma vie sans compte Facebook personnel. J’ai gardé uniquement une page professionnelle. C’est bien mieux ainsi.

 

Voilà ma note du jour.

 

Xoxo.

 

D.A

Laisser une réponse