Voodart collection : STEVE BANDOMA

By septembre 23, 2019 ART, Artistes

Il y a douze ans, dans une brocante au centre de la France, j’achetais mon premier tableau, c’était celui d’un artiste africain. Prix : 2,50 euros. Au fil des années, ma passion a grandi et ma collection s’est élargie d’œuvres camerounaises, nigérianes, sénégalaises ou kényanes. Après avoir vécu près  de quinze ans en France, je suis retournée au pays natal et ou j’ai créé la première foire d’art contemporain et de design du Cameroun, Douala Art Fair. Mon objectif était clair, créer une génération d’acheteurs africains.


Je suis de ceux qui pensent que le boom de la création africaine  n’a que peu d’intérêt si les Africains eux-mêmes ne l’achètent pas. J’ai donc décidé sur mon blog de vous présenter de temps en temps des oeuvres de ma collection sans spécialement communiquer sur leur prix, par choix. Aujourd’hui, je souhaite vous présenter une oeuvre de l’artiste Steve Bandoma. Elle est dans ma collection depuis juin dernier. Je l’acheté lors de la deuxième édition de Douala Art Fair.

 

Steve Bandoma est diplômé de l’Ecole des Beaux-Arts de Kinshasa depuis 2004. Durant ses études, il intègre le collectif d’artistes « Librisme Synergie ».  Il s’exprime via différentes techniques parmi lesquelles, la sculpture, la peinture le dessin et le collage. Il produit ses collages à partir d’images de magazines qu’il réutilise en leur donnant un nouveau sens et, comme il le dit, « Une nouvelle vie ».

 

Le mélange de techniques apporte une dynamique dans ses œuvres; une esthétique inspirée par l’agitation de Kinshasa et reflétant une nouvelle société africaine en constante évolution. Grâce à ses associations de dessins, d’éclaboussures de couleurs et de collages, Bandoma compose une incroyable esthétique d’explosion, ou plutôt d’implosion, de chaos et d’humour, souvent sur fond de désarroi politique. Des visages, des membres, des fragments de corps, des statuettes animées, des fétiches s’unissent pour donner vie à des créations apparemment débridées et décousues, mais en réalité réfléchies et soigneusement composées. Ses oeuvres sont réunies en séries en fonction du commentaire qu’elles formulent sur la politique, la culture et l’actualité.

 

Il a exposé à Cape Town, à Paris, à Art Basel, à Londres, à Brussels…

 

Envie d’acquérir une de ses oeuvres, passez par sa galerie : André Magnin.

 

Processed with VSCO with j2 preset

Informations sur mon oeuvre :

Titre de l’œuvre: Pinky horse (from costumes series)

Techniques et matériaux utilisés : Ancre sur papier Année de création : 2019

Dimensions H x L x P cm (Hauteur x Longueur x Profondeur en cm) : 140×100

 

CIAO!!!

Leave a Reply