5 livres que j’ai adoré ces 5 dernières années

By septembre 23, 2019 Mon Journal
1 – Les Maquisards, Livre de Hemley Boum, 2015
J’ai eu un gros coup de coeur pour ce livre découvert par hasard. L’avant dernier roman de l’auteure camerounaise  s’inscrit dans une perspective à la fois historique et romanesque et révèle l’engagement des Bassas dans la lutte pour l’indépendance du Cameroun.  Ce n’est pas un scoop que ma mère est bassa et que j’ai grandi dans cet environnement. Ce livre retrace le combat des indépendantistes à travers la vie de plusieurs personnages liés par la lutte, la souffrance, mais aussi l’amour et l’amitié. La complexité et la richesse des destins individuels en butte à la grande Histoire en font des personnages très attachants. Je n’ai jamais autant recommandé un roman que celui-ci.
2 – Amkoullel l’enfant Peul, Amadou Hampâté Bâ, 1991. 
En 1991, Théodore Monod écrivait à propos d’Amadou Hampâté Bâ : Puissent ceux qui le découvriront… se sentir moralement enrichis et fortifiés par la découverte de celui qui fut à la fois un sage, un savant et un spirituel… Hampâté Bâ venait de mourir. Voici ce que je ressens chaque fois qu’on évoque son nom ou ses oeuvres. Toutes les personnes qui me connaissent savent combien j’apprécie et respecte ce grand monsieur. Il est l’une des personnalités que j’aurai aimé rencontrer.
« Amkoullel l’enfant Peul » est le livre que je préfère de lui. Amadou Hampâté Bâ y retrace son enfance jusqu’à sa prise de poste dans l’administration coloniale française. Au delà d’aborder sa propre vie, il nous raconte l’histoire du Mali et de ses peuples qu’il reprend à travers les destins et origines de ses ancêtres. On découvre alors les empires peuls et toucouleurs dont les territoires englobaient le Mali actuel et s’étendaient jusqu’à la côte Atlantique suivant le cours du Niger.
Amkoullel, surnom donné par sa waaldé au petit Amadou, symbolise l’union des deux ethnies dominantes et pourtant adverses, sa mère est issue d’une longue lignée de nobles peuls. Il sera ensuite adopté par le second mari de sa mère, lui d’origine toucouleure. Amadou Hampâté Bâ décrit leur histoire, leurs modes de vie, leurs traditions et croyances montrant ainsi l’incroyable diversité des peuples maliens. Je ne peux pas tout vous raconter mais this book is a MUST.
3 – La saison de l’ombre, Léonora Miano, 2013
« Au cœur de la brousse subsaharienne, un grand incendie a ravagé les cases du clan Mulongo. Depuis lors, douze hommes manquent à l’appel – les fils aînés pour la plupart. Pendant que les mères cherchent en songe les réponses à leur chagrin, le Conseil interroge les ancêtres, scrute les mystères de l’ombre : que signifie cette disparition ? Pour le salut de la communauté, le chef Mukano et quelques autres décident de partir à leur recherche en territoire bwele, leurs voisins. Peu d’entre eux atteindront l’océan – par où les « hommes aux pieds de poules » emportent leurs enfants… » À date, ceci est mon livre préféré de Léonora Miano. C’est une ancienne collègue, Coumba Kane qui me l’avait faire lire.
C’est un texte politique dans sa démarche mais pas dans son propos. Là on suit des personnes, on s’y attache. L’auteure s’est donnée un mandat juste, celui de raconter la traite négrière de l’intérieur par ceux qui l’ont vécu, subi, les habitants des communautés d’Afrique sub-saharienne. On souffre avec elles, on se révolte. Bref j’ai dévoré ce livre.
4 – Manuel du guerrier de la lumière, Paulo Coelho, 1997
« Le guerrier de la lumière se comporte parfois comme l’eau, et il se glisse entre les nombreux obstacles qui parsèment sa route. A certains moments, résister signifie être détruit. Alors, il s’adapte aux circonstances. Il accepte, sans se plaindre, que les pierres du chemin tracent sa voie à travers les montagnes. En cela réside la force de l’eau: jamais un marteau ne peut la briser, ni un couteau la blesser. L’épée la plus puissante du monde est incapable de laisser une entaille à sa surface. L’eau d’une rivière s’adapte au terrain, sans jamais oublier son objectif: la mer. Ténue à sa source, elle acquiert peu à peu la force des fleuves qu’elle rencontre. Et, au bout d’un moment, son pouvoir est total. » C’était ma première rencontre avec un livre de Paulo Coelho.
Mon amie Antonia dit que c’est la nuit qui reveille/révèle les étoiles. Ce livre a eu le même effet sur moi que la nuit. Chaque fois que j’ai été dans un moment triste de ma courte vie, ce livre a toujours eu les réponses. Je le prête souvent à des amis qui doutent, se sentent mal au déroutés.
5 – J’ai beaucoup de 5ème et je n’ai pas envie de faire un choix. J’avais tellement d’auteurs en tête de Mongo Beti à
In Koli Jean Bofane en passant par Cheikh Hamidou Kane… Vous pouvez découvrir des livres que j’aurai mis dans mon top 5 ici.

Leave a Reply